Aller à…
RSS Feed

SCANDALE. Ecoutes téléphoniques: la Maison Blanche ordonne, via un tribunal secret, l’espionnage


Publié le 6 juin 2013

Allain Jules

 

telephoneEn vertu d’une ordonnance d’un tribunal top secret, publié en avril dernier et sous l’impulsion de l’administration Obama, bien sûr, la société américaine de télécoms Verizon a été sommée de remettre toutes les données d’appels téléphoniques de millions d’Américains. Une habitude, certes, mais à une échelle supérieur sous Obama avec la surveillance accrue des Américains. L’Agence nationale de la sécurité intérieure aurait recueilli les relevés téléphoniques de millions des clients américains de Verizon, l’un des plus importants d’Amérique.

C’est le journal britannique The Guardian qui relève cet incident, cette dérive totalitaire du prix Nobel de la paix aka M. soft power. Grande « démocratie » américaine, « liberté d’expression » et mon cul sur la commode ! Excusez-moi pour ce manquement qui frise l’indécence mais, c’était plus fort que moi. Autrement dit, je pouvais aussi parler de l’imposteur Obama, simplement. Le média britannique a même obtenu une copie du délit. Ainsi, l‘Agence nationale de la sécurité intérieure a pu avoir toutes les données des appels téléphoniques, tant au sein des États-Unis et entre les États-Unis et d’autres pays.

Ce document est ainsi dévoilé au grand jour. Mais, alors qu’il était d’usage, on se demande bien pourquoi c’est sous l’administration de Barack Obama qu’il y a des fuites. C’est vrai que les dossiers de communication de ces millions de citoyens américains sont recueillies sans discernement et en vrac, pire, indépendamment du fait que vous soyez soupçonnés ou non d’actes répréhensibles. C’est le comble. Une violation de la vie privée manifeste, avec toujours comme prétexte, la sécurité intérieure…

Cette ordonnance qui a débuté le 25 avril dernier a été remise au FBI qui scrutera, que dis-je, espionnera les Américains jusqu’au 19 juillet prochain. Ce pouvoir illimité du gouvernement afin d’obtenir des données privées est illégal. Or, selon les termes de l’ordonnance générale, la société Verizon a l’obligation de donner les numéros de l’appelant et de l’appelé, les données de localisation, la durée d’appel, les identificateurs uniques, enfin, le temps et la durée de tous les appels réunis en période donnée.

Dans ce vaste barnum, il est même à craindre que le contenu des conversations elles-mêmes ne soient pas couvertes. Vous avez dit démocratie ? Ah, ces donneurs de leçons qui fustigent tant ceux qu’ils nomment dictateurs, sont, eux, en réalité, les pires dictateurs qui soient. Mais, eux, le font en mettant en place des lois d’exceptions, qui ne sont que l’apanage de la dictature. Ajouté à tout ça, quand on sait que le président américain a le pouvoir de tuer quiconque, n’importe où et n’importe quand avec ses drones, on a envie de lui dire de se taire un peu…

Barack Obama est plus dangereux que Bush Jr., parce que, lui, il est intelligent…C’est un monstre froid.

Lire l’ordonnance du tribunal pour Verizon ici