Aller à…
RSS Feed

Syrie : Riyad capitule!


http://french.irib.ir/media/k2/items/cache/41d6c95b920fda2deaeba6c29b3e0750_XL.jpg

Syrie :  Riyad capitule!

 
Selon le quotidien « As-Safir », qui publie un article sur les contacts récents entre la Syrie et l’Arabie saoudite,

« C’est le fils du roi Abdallah et ministre des A.E, qui gère le dossier de la reprise des rencontres entre les Saoudiens et les Syriens ».

Selon le journal, une délégation saoudienne s’est, récemment, rendue en Syrie où elle a rencontré des responsables Syriens, en présence d’officiers du renseignement jordanien.

Les responsables Syriens auraient bien informé les Saoudiens du fait qu’aucune solution à la crise en cours n’est acceptable sans l’arrêt du financement des terroristes et de l’envoi d’armements à leur destination. Une évolution positive qui est également rapportée par le journal est le changement de position de la Jordanie à l’égard de Damas. Un départ d’Al Assad inquiète très vivement le roi Abdallah  qui craint une prise du pouvoir par les Frères musulmans salafistes appuyés par le Qatar.

En effet, l’Arabie saoudite semble désormais  s’avouer vaincue car :

1- la Syrie a bien résisté, ces 22 derniers mois, et son armée continue à être soudée.

2- Le salafisme et ses manifestations en Syrie ont réveillé, chez les Saoudiens, les craintes de voir les extrémistes se renforcer en Arabie saoudite.

3- Les Émirats ne tolèrent guère les Frères et ils le font savoir haut et fort.

4- Un possible changement de cap du côté des États Unis, après le départ de Clinton, et l’arrivée à la tête de la diplomatie US de John Kerry qui connaît personnellement Al Assad.

5- La Grande-Bretagne a aussi son rôle à jouer puisqu’elle a peur de la croissance rapide de l’idéologie salafiste qui fait de nombreux adeptes en Grande Bretagne et qui pourrait finir par donner du grain à moudre aux Britanniques et aux dirigeants d’autres pays européens.

6- Et puis il y a ces déclarations de Lavrov qui avait dit que l’Occident appelle de ses vœux la persistance de la Russie dans son soutien à Al Assad. En effet, Riyad sait pertinemment que Lavrov n’est pas du genre à lancer des propos par hasard et qu’il a parlé en connaissance de cause.

7-La confiance avec laquelle Al Assad a prononcé son discours montre bien que l’armée syrienne contrôle les points névralgiques du pays sinon le Président Al Assad n’aurait jamais parlé d’élections anticipées. Al Assad sait qu’une majorité des opposants ne sont pas prêts à adhérer au Salafisme ».